Morte Saison / Art vivant !

Exposition Elytres majuscules, minuscules chimères
Guaches d’Eric de Tugny

Du 8 janvier au 1er mars au Grand Angle.

Vernissage de l’exposition mercredi 16 janvier à 18h30 au Grand Angle

Exposition organisée dans le cadre de Morte saison / Art vivant

Un mystère caparaçonné
L’artiste pratique le portrait d’insectes comme les moines occidentaux se consacraient jadis à l’enluminure ou les moines extrême-orientaux au jardinage. Encore que la transe, ici, doit s’accommoder de la précision scientifique. Car Éric de Tugny n’invente rien : ses gouaches sont plus précises que ne peut l’être une macrophotographie. Après un patient travail préalable de reconstitution de l’animal occis (notamment la remise en place des articulations), soixante heures sont nécessaires, dans un va-et-vient incessant entre la loupe binoculaire et la feuille de papier, pour réaliser le dessin à l’échelle de l’insecte, grossi trente fois. Après quoi, par une série de séances de travail d’environ quatre heures chacune, il effectue la mise en couleurs, avec une finesse de touche peu commune. La vérité scientifique de ces gouaches, cependant, n’explique pas tout à notre fascination. Sans doute sommes-nous troublés par la virtuosité d’Éric de Tugny, parvenant à rendre la brillance des carapaces chitineuses, la fragilité des élytres diaphanes et l’exiguïté des aigrettes de poils. Mais le grossissement de l’insecte peint nous désarçonne tout autant. Par le
choix du centrage, de la symétrie, de la vue plongeante, ces scarabées, cigales, papillons et mantes religieuses imposent soudain leur présence exorbitante, leur allure caparaçonnée, leur massivité paradoxale, leur radicale étrangeté. Un vertige nous prend.

Jean-Louis Roux

 

 

Les expositions Morte saison / Art vivant !

« Morte saison », parce que c’est ainsi que, traditionnellement, on surnomme l’hiver. Et « Art vivant », parce que dorénavant le Grand Angle consacrera chaque hiver aux artistes vivant
dans notre région…

C’est un fait trop peu connu : Voiron, le Pays Voironnais et leurs alentours sont aujourd’hui le lieu de résidence et de travail de nombreux artistes plasticiens. Afin de rendre visible et de valoriser ce potentiel artistique qui est une chance pour notre région, un événement annuel sera désormais organisé pendant l’hiver dans le hall du Grand Angle.
L’enjeu est d’importance : il ne s’agit pas de « décorer » le Grand Angle, mais de créer un véritable rendez-vous autour des arts plastiques. Chaque année, trois ou quatre artistes seront sollicités pour élaborer un projet artistique pensé spécifiquement pour investir le hall du Grand Angle.
Le pari est double : donner à voir le dynamisme artistique des créateurs de notre région, en fédérant autour de ce projet les artistes, les acteurs de la vie culturelle, les décideurs, les amateurs d’art et le grand public. Car il s’agit aussi d’inciter le public fréquentant le Grand Angle à ralentir le pas, lorsqu’il traverse le hall pour se rendre à un spectacle, et à s’accoutumer à la fréquentation des oeuvres d’art.
Occuper artistiquement un lieu comme le hall du Grand Angle n’est pas une mince affaire : il ne s’agit pas en effet d’un espace conçu pour les expositions, mais d’un lieu de passage soumis à des contraintes. Les artistes sollicités seront invités à « voir grand » et à faire en sorte de happer les regards et de frapper les imaginations. Du dessin à la photographie et de la peinture à la gravure, en passant par le collage ou le découpage :
rendez-vous donc au Grand Angle, pour la première édition de Morte saison / Art vivant !
J.-L. R